Signalez-le
Démarches et Annuaire
Résultats de recherche pour : {{ searched_keyword }}
Annuaire
Formulaires
Documents

Signalez-le

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
02/10/2020

Home sweet home office

Depuis 2018, Tom Offermann fait partie du Service des Ressources humaines de la Commune de Sanem. Un entretien sur le projet pilote du télétravail au sein de l’administration communale, son application lors du confinement et l’idée derrière le terme ‘Work-life Balance’.

 

Depuis combien de temps le télétravail existe-il dans la Commune de Sanem ?

Le télétravail est proposé depuis septembre 2019 au personnel administratif de la Commune de Sanem, dans le cadre d’un projet de collaboration avec la Fonction Publique. Il faut préciser que le télétravail est certes ancré dans le statut des fonctionnaires communaux, mais que – hélas – sans proposer d’avantage de détails quant à son fonctionnement. Entr’autres, ce projet doit contribuer à créer un cadre pour une nouvelle loi qui soit davantage adaptée aux besoins de l’époque actuelle.

Quelles sont les spécifications du télétravail et combien de fonctionnaires profitent de ce modèle de travail ?

Depuis le 1er septembre 2019, onze de nos fonctionnaires ont accès au télétravail à titre volontaire. Pour la majeure partie, un mode de télétravail flexible est utilisé. Ce qui veut dire que le fonctionnaire a la possibilité de fixer – deux semaines en amont – le jour, où il veut travailler à domicile. La limite du télétravail est fixée à un maximum de huit heures et un minimum de quatre heures par semaine. Le matériel informatique nécessaire est mis à disposition par la Commune. Suite à la situation spéciale du Covid-19, le télétravail a pris une toute nouvelle importance et des réflexions sont en cours pour développer le télétravail et pour le proposer à une plus large échelle.

Comment le télétravail fut-il mis en oeuvre pendant la crise sanitaire ?

Dès la mi-mars, le Conseil des Échevins a décidé d’ouvrir la Maison Communale uniquement sur rendez-vous. Le risque d’infection a ainsi pu être minimisé et la santé du personnel et surtout celle de nos citoyens a été mise en avant. Au cours de cette phase, nous avons eu massivement recours au télétravail. La totalité du personnel, pour autant que leur travail le permettait, a pu profiter du télétravail et, suite à une organisation intense à brève échéance, la presque totalité des fonctionnaires à travaillé en home-office.

Le Covid-19 a donc, en quelque sorte, servi d’accélérateur pour ce projet ? 

On peut le voir comme ça, mais nous aurions certes préféré des circonstances différentes. Le plus important est cependant que la Commune a pu continuer d’offrir ses services en bonne et due forme, même depuis le home-office. À part ça, pour la plupart des gens, ce fut la première expérience d’une nouvelle forme de travail, largement inconnue jusque-là, et qui – en fin de compte – s’est révélée très positive.

Ce fut pourtant une situation d’urgence ?

C’est sûr et certain. Il faut différencier clairement que ceci ne constituait pas un télétravail regulier, puisque les gens ont quasiment travaillé au home-office la semaine entière. Ceci n’est évidemment pas prévu dans notre modèle et pourtant, cela nous a donné la possibilité de prendre la température de notre personnel et de sonder la situation en vue de permettre le télétravail à davantage de personnes.

Quels sont les avantages concrets du télétravail ?

Un avantage immédiat est celui de la distance par rapport au lieu de travail, qui est éliminée. Très souvent, le chemin au lieu de travail est synonyme d’embouteillages et de stress, alors qu’à son domicile, l’employé peut entamer son travail tout de suite. En même temps, il fait une bonne action pour l’environnement, puisque sa voiture reste au garage et qu’aucune émission nocive n’empeste l’atmosphère. À part cela, on peut travailler d’une façon flexible et exécuter son travail de la façon que l’on veut, à condition d’être accessible à certains horaires fixes. Ainsi, on n’a pas seulement la possibilité de mieux s’organiser entre profession et vie privée, mais on peut également être à l’écoute de son bio-rythme et de travailler aux heures où on est le plus productif.

Ça veut dire que les citoyens profitent également de ce modèle ?

Dans le cas idéal, oui. Comme les employés sont moins dérangés en travaillant chez eux, par exemple par des collègues de travail qui passent au bureau pour poser des questions, ou par le téléphone qui sonne souvent beaucoup, l’employé est plus productif sur ses dossiers et les demandes peuvent être traitées plus rapidement.

Pour conclure, qu’est-ce que la Commune s’attend de se projet ? 

Les mots les plus importants en relation avec le télétravail sont sans aucun doute ceux de la Work-life Balance. Si on s’organise de façon optimale, le télétravail peut s’avérer comme une excellente connexion  entre travail et vie privée, où on peut combiner les deux de façon à ce que personne ne perde au change.

Retour